Friday, January 23, 2015

Interview Sessions: Jean-Francois

We're back with another instalment of the "interview sessions" et pour cette édition, nous avons la chance de pratiquer notre français.  J-F offered to do an interview in French and English for us.  Locals will understand, but for those of you not from the Ottawa region, it is a bilingual one.  Just on the other side of the Ottawa River is Quebec, home to our region's beloved training grounds, Gatineau Park and lots of super fast triathletes.  So, why not!?

J-F is also a member of the Ottawa Triathlon Club and I had heard talk of him for a long time before actually meeting him.  Like most OTCers, he is in the sport to have fun first and foremost and is always willing to share what he has learned through triathlon!

Thanks / Merci, J-F!!



I was born in Montréal, Québec, and I will not tell you what year, or century...  and was given a job opportunity here in 1998.  That was supposed to last a year, but I am still here after 17 years in a region that I really like. I have a Masters in Public Administration, where I studied the renewal of the public sector, particularly how to recruit and retain best talents.    
I grew up as the youngest of five children in a family where sports were omnipresent.  Until age 11, I would spend my summers at our cottage in the Laurentians on the beach playing in the water, swimming, waterskiing, any sport I could practice I would do.  I always liked being around water and enjoyed a good swim, it is always a way to relax.  Born with a severe flat foot, I never enjoyed running though for physical reasons and because there were so many other sports I could discover and practice! When I was younger, I was always looking for a longer bike ride and being from the east part of Montreal, I always loved jumping on my bike to ride out and back to have a chance to climb Mont Royal (where the Grand Prix Cycliste de Montréal is held every year).  Skiing in the winter has been part of my life for more than 30 years and I really enjoy it.

Je suis né à Montréal, Québec et je vous fais grâce du moment de ma naissance… (ça fait partie du quiz!!) et, en 1998, j’ai eu l’opportunité de venir travailler dans la région.  Cette opportunité ne devant durer qu’an, elle en est pourtant à sa 17e année !  J’adore la région! J’ai une maîtrise en administration publique qui porte sur le renouvellement de la fonction publique, particulièrement sur le recrutement et la rétention des effectifs. 

Dans ma famille, je suis le plus jeune d’une famille de 5 enfants sportifs.  Jusqu’à l’âge de 11 ans,  j’ai passé mes étés à la plage au chalet familial dans la Laurentides pratiquant à peu près tous les sports d’eau (natation, ski nautique etc..), bref, à peu près n’importe quoi qui fait bouger et courir! J’ai toujours aimé l’eau et la tranquillité qu’elle apporte.   Né avec un pied bot, je n’ai jamais affectionné particulièrement la course à pied qui se voulait plutôt ardue mais aussi parce qu’il y avait tellement d’autres sports à pratiquer, notamment les sports de balle ou ballon.  Plus jeune, j’adorais le vélo.  Habitant du côté est de l’île de Montréal, je me faisais toujours un plaisir dès mon adolescence, de prendre le vélo pour aller monter le Mont Royal  (où a lieu de Grand Prix Cycliste de Montréal  à chaque année) aller-retour.  Le ski aussi fait parti de mes activités sportives depuis plus de 30 ans et j’adore !         

1.       How did I get in triathlon.

In the fall of 2010, OTC member Karol Lessard convinced me to sign up with him for the Ride to Conquer Cancer a fundraiser for cancer that would involve riding from Montreal to Quebec City in two days - 240 km.  We needed a good spin class and we discovered the OTC website.  Intimidated by spinning in a triathlon club, we quickly found out that OTC was for us.  The collegiality of its members and the variety of levels of expertise (at OTC humility and love of the sport is second to none) made us realize that triathlon is a sport open to all.  After our first Tour de France, we wanted to try TTP (Triathlon Training Program) and see where it would lead us.  Of course… of course, we signed up for the 2011 Early bird Triathlon at Carleton University, Sprint Swim-Cycle would be my first “hug” to triathlon. 

À l’automne 2010, Karol Lessard, membre d’OTC, m’a convaincu de m’inscrire au Cyclo-Défi pour le cancer qui consiste en une randonnée de 240 km (Montréal-Québec) pour ramasser des fonds finançant la recherche sur le cancer. Nous avions besoin d’un cours de « spinning » afin de bien nous préparer pour cet événement et c’est comme cela que nous avons trouvé OTC sur le web.  Intimidés au début par un Club de Triathlon qui donnait, nous avons découvert plutôt un club intéressant où les membres affables et sympathiques ont fortement contribué au plaisir que nous avions de participer aux séances de « spinning » d’une part.  D’autre part, c’est là que nous avons découvert que le triathlon est un sport ouvert à tous.  A la session d’hiver qui a suivi, nous avions tellement aimé notre expérience  au Tour de France que nous nous sommes inscrits au programme d’entraînement  de triathlon afin de voir où cela pourrait nous mener.   Nous nous sommes inscrits au « Early Bird triathlon » en mai 2011 et ma première expérience fut un « Sprint Swimcycle ».

2.       Advice for a new triathlete

Be humble with your objectives
In triathlon, there is nothing like the foundation of your experience as a triathlete.  Burning steps will catch up on you. Too much, too soon is a great recipe for injury and discouragement.  You have to progress patiently and be wise in your objectives, wise and realistic.

En triathlon, il importe de bien construire la base de notre entraînement.  Brûler les étapes nous rattrape inévitablement.  Trop, trop tôt se veut une garantie pour les blessures  et le découragement.  Il importe d’y aller progressivement et intelligemment, de façon réaliste.

Never, never a stupid question
Never hesitate to consult a fellow triathlete about any practice of our sport or nutrition.  Remember that every triathlete started somewhere.  We all started with a first race.  I found that the triathlon community is a humble one and especially at OTC, people are always happy to share experience, no matter at which level they are. 

N’hésitez jamais à consulter des collègues triathlètes sur l’entraînement ou la nutrition.   Souvenez-vous que tous ont commencé en quelque part.  La communauté du triathlon en est une humble, particulièrement à OTC, et ces gens sont toujours heureux de partager leurs connaissances peu importe leur niveau d’expertise.

Make your training a fun one
Run is difficult? Make a selection of the songs you like the most and put your earphones on to create enthusiasm while training.  Change your run courses too.

La course à pied est difficile?  Choissisez-vous des chansons entraînantes et rythmées que vous aimez pour créer un enthousiasme. 

Vary your run and bike courses
Running on the streets can be boring sometimes, bring it in the Gatineau Park or any trail where you will get a change in your running “panorama”.  Same for the bike, change your biking courses, include a little sprint... change your distances, make it fun and not a routine.   

Courir en ville n’est pas toujours intéressant. Allez courir dans le parc de la Gatineau, le long de la rivière, cela changera le « décor ».  Il en va de même pour le vélo, ajoutez à votre route de vélo un sprint, modifiez vos distances.  Faites en sorte de vous amuser aussi! .

Never underestimate yourself
Success in triathlon is all, like anything else in life, about training.  No matter what distance you have in mind, it is possible as long as you train properly for it.

Le succès en triathlon est avant tout, comme dans la vie de tous les jours, une question d’entraînement.  Peu importe la distance, vous pouvez y arriver, en autant de vous y entraîner en conséquence. 




3.       Greatest / proudest moment as a triathlete

Undoubtedly, completing my first IRONMAN 70.3 in Tremblant in June 2014.  I went through a depression in January 2013 that put me on the sideline, professionally, for four and a half months.  In July of the same year, while still trying to emerge on the other side of this, I was confronted with a separation. I really wanted to compete in Tremblant 2013 race, but had to be patient as recovering from my depression and training for this event was not possible. 

I find a lot of similarities with my own experience and triathlon.  Triathlon is an individual sport where you are the only determining force in whether you will succeed and you must count on your past race experiences and learn from them to become a better athlete.  Depression is similar in a way where you have to find in yourself the strength, courage, like in triathlon, to fight through it and to emerge, on the other side of this experience, a better person.          

All of this to say here I was finally on the beach of Lac Tremblant, June 22, thinking…: "hey, this is where I wanted to be and I finally have a chance to make it... let’s see where am I at now.  I had goose-bumps and tears falling off my cheeks from the moment I got out of the woods on the run portion with about 2,5 k to go.  I had finally made it.  It was certainly a big monkey of my back and after everything I had fought against the last year or so, I won, with the support of friends, coach Adrian and my own will.  I will remember that moment when I crossed the finish line all my life. Like Obama would say : “Yes we can” J    

Sans le moindre doute, terminer mon premier demi-ironman au Mont Tremblant en 2014.  J’ai fait une dépression en janvier 2013 qui m’a passablement affecté et qui a nécessité un congé de 4 mois et demi.  En juillet de la même année, alors que je me remettais lentement j’ai dû aussi composer avec une séparation.  Ces deux événements ont fait en sorte de remettre à 2014 une première participation à Tremblant. 

Je trouve beaucoup de similarité entre mon expérience personnelle et le triathlon.  Le triathlon est un sport individuel  lors duquel nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes et nos expériences passées en courses et apprendre de celles-ci  afin de devenir un meilleur triathlète.  La dépression se vainc de la même façon qu’une performance en triathlon.  Tu te dois te trouver la force et le courage en toi lorsque la situation est difficile afin d’en ressortir au bout, plus fort et mieux outillé.

Tout cela pour dire que mon expérience de Tremblant est partie de bien loin et m’a permis de savoir où j’en étais comme individu, comme triathlète également.  J’y étais finalement sur cette plage.. à quelques minutes du départ.  La fierté s’est emparée de moi et j’étais prêt.   Avec moins de 2,5 km à parcourir une sensation incroyable m’a envahi lorsque je suis sorti de la piste cyclable et reconnaissant la rive du Lac Tremblant et voyant les pistes de ski, j’en avais la chair de poule et les larmes aux yeux.  Je savais qu’à cet instant, j’avais cette réussite, ce fil d’arrivée à portée de main.  Je me souviendrai toujours du corridor dans le village, du fil d’arrivée et de cette sensation indescriptible d’avoir réussi avec le support de mes mes amis d’OTC d’Adrian Wong, un entraîneur fantastique.   Comme le Président Obama  le disait si bien : « Yes we can !»          

4.       Biggest challenge

There are many.  For me the first one is the run!  As I wrote earlier, running is difficult for me because of a physical limitation that I am actually overcoming slowly.   Mental strength is one, I humbly think, that most of us have.  It is mine too.  On the run course, especially on longer distances, you have to keep your mind busy, distracted from wondering how long still to go.  OTC is an amazing tool to boost mental strength.   Its members are incredible cheerleaders that you can find all over Somersault races and other bigger events.  Those encouragements are always a good motivation to push through pain or mental weakness.

Il y a en plusieurs, la course au premier chef.   Comme je le mentionnais précédemment la course est un sport difficile pour moi en raison de cette limitation physique.  La force psychologique, mentale, en est un que nous avons tous en commun aussi et je n’y fais pas exception.   En course à pied, plus la distance est longue, plus on se doit de garder notre tête, notre esprit « occupé », de penser à autre chose que ce qui reste comme distance à courir à tout bout de champ!  OTC nous prépare à ce genre de chose de façon admirable.  La présence des membres d’OTC nous encourageant aux courses de Somersault et autres est très motivant.  Ces encouragements nous donnent une force additionnelle afin de continuer à performer lorsque notre volonté commence à flancher ou encore lorsque nos jambes nous font souffrir!        

5.       Most rewarding aspect.

Triathlon helps you to get stronger mentally and push your limits further.  As you progress in the sport (not only by completing longer distances, but also to get better in the same distance), you become more confident, tougher physically and mentally; able to believe in yourself.  Those lessons serve as tools not only in our sport, but also in our day to day lives.  It brings us to another level, a higher one.  This is, in my humble view, the most rewarding aspect of triathlon.  

La pratique du triathlon nous amène à renforcer notre force mentale et de façon générale nous aide aussi à repousser nos limites.  Au fur et à mesure que nous progressons en triathlon ( pas nécessairement  en pratiquant des distances plus longues mais aussi en s’améliorant sur une même distance), nous devenons plus confiant, physiquement et mentalement plus forts; nous croyons plus intensément en nous capacités.  Cela nous amène à un niveau supérieur.  C’est là, à mon humble avis, l’aspect le plus valorisant du triathlon.       

6.       How has triathlon influenced other areas of your life?

What I practiced in triathlon way more was to be persistent and patient.  Persistent in a way to fight adversity in a more convincing way, hence “take the bull by the horns" more !! I take on tasks with more determination than before triathlon.   Patient in understanding that it takes time to go wherever you need to go, to achieve your objectives.  As I wrote earlier, you cannot “fast forward” the steps to success.  It also takes strategy and planning and that works all together… with patience J
 
Ce que le triathlon m’a fait pratiquer plus que tout autre c’est la persévérance et la patience !!  Persévérance en ce qui a trait à vaincre l’adversité avec plus de conviction.  En fait, prendre le taureau par les cornes !  Je m’attaque aux tâches à accomplir avec plus de détermination que précédemment qu’avant.   Patient aussi dans le sens où il faut du temps pour atteindre nos objectifs.  On ne peut brûler les étapes.  La patience est de mise aussi dans la stratégie et la planification pour atteindre nos objectifs!   

7.       Dream race

Not one in particular… so far.  Kona?  Maybe J  But racing with friends and fellow OTCers is great and motivating.   I saw Ironman 70.3 Nice, that seems to be a cool race to sign-up for, but seriously, I do not have any in mind.  I like the feeling of a race eve where you get the adrenalin around it, the enthusiasm of the participants and the supporters.  This is my drug and every race has it... so a dream race?  No.  Maybe later.  

Pas de course de rêve jusqu’à maintenant. Kona?  Peut-être.  Mais les courses impliquant plusieurs triathlètes d’OTC est toujours motivant et amusant.  J’ai vu Ironman 70.3 Nice qui semble super intéressant, mais je ne peux pas dire que j’ai un endroit de prédilection où je souhaiterais performer.  Je dois dire que j’aime plutôt le « feeling » précédant une course, l’adrénaline, l’enthousiasme des participants et des supporters.  C’est ma drogue et chacune des courses donne ce “feeling” !  Alors, une course en particulier ?  Pas vraiment.

8.       Favorite pre-race meal and / or rituals

I used to grab a bagel with cream cheese and a coffee at the Tim the morning of Somersault events and it seemed to be okay for me.  I started to pay more attention last year and pasta the night before and oatmeal and banana in the morning of the race (Tremblant) was a good combination that worked for me.  It was not much of a change from regular habits I have, but I felt good and full of energy! 
As for rituals... it is funny. My brother tells me I am in my “bubble” the eve of a race.  Carefully looking at my transition bag and see if everything I need is in it.   For example, when I went to the t-zone the morning of the race at Tremblant, I went back to my room twice!  Forgot the air pump, then my helmet!   And of course I do not sleep much the night before a race.  I go to bed early but just relax... excitement kicks in! Other than that... I am not superstitious at all.   

J’avais l’habitude, lors du matin d’une course Somersault de prendre en passant un bagel avec fromage à la crème et un café au Tim et ça m’allait.  J’ai commencé à porter un peu plus attention à ce que je mangeais le matin l’an dernier, la veille du départ de ma course à Tremblant.  J’ai bien aimé les pâtes la veille et le gruau à l’avoine le matin avec une banane.  Ce n’était pas un gros changement à la routine « pré-course » mais je me sentais bien et plein d’énergie!

En ce qui a trait aux « rituels » pré-course, c’est amusant.   Mon frère me dit souvent que j’ai l’air d’être dans ma bulle la veille d’une course.  Je revois souvent le contenu de mon sac de transition afin de voir si tout ce dont je pourrais avoir besoin s’y trouve. Par exemple, le matin de ma course à Tremblant, j’ai dû retourner deux fois à ma chambre parce que j’avais oublié ma pompe à vélo.. et mon casque!  Autre détail pré-course, je ne dors que très peu la veille…trop excité ! Autrement, je ne suis pas superstitieux la veille d’une course.

9.       Swim, bike or run

Bike definitely, but the run is getting more fun and more enjoyable.  I never thought I could enjoy running lol.   But on the bike, I like the speed, the feeling of the road and yes, passing people!!!

Le vélo assurément, mais je dois dire que la course à pied est de plus en plus satisfaisante.  Je n’aurais jamais pensé aimer la course à pied!  Mais sur un vélo, j’aime la vitesse, le sentiment que procure le fait de rouler sur la route et, oui, dépasser des participants !!!

10.   Favorite motivational quote

To be frankly honest, I do not have one, but found this one I like posted on Paula Findlay’s Facebook page: “Fall seven times stand up eight”. It says it all about adversity and how we should approach triathlon and life in general.  For motivation... I am more about remembering the feelings of past races and visualization.  I had the chance to volunteer twice at Tremblant  (70.3 and Ironman) and I had an idea of what it would be like to arrive in the finishing chute.  When I need motivation, this is my best push, focusing on what I felt when arriving in the village in Tremblant close to the finish line.  Got me going every time!

Pour être franc, je n’en ai pas une en particulier qui me frappe autre que celle que j’ai vue sur le blog de Paula Findlay cet automne : «  Fall seven times, stand up eight ».  Ça dit tout quant à notre comportement face à l’adversité et comment on devrait approcher le sport du triathlon et la vie en général.  Pour ce qui est de la motivation à proprement parler, j’aime la visualisation et  les sentiments vécus lors de courses précédentes.  J’Ai eu la chance d’être bénévole à deux reprises lors des événements Ironman de Tremblant et j’avais une petite idée du « feeling » que les athlètes pouvaient éprouver à leur arrivée.  Lorsque j’ai besoin de motivation, c’est ma visualisation préférée. Je me remémore les frissons et la joie qui m’envahissait quelques instants avant l’arrivée. Ces sentiments me vivifient littéralement et me procure la motivation nécessaire pour continuer!

No comments:

Post a Comment